Nombre total de pages vues

dimanche 7 août 2011

Petit concours, rien à gagner ?

 (ancien article : 10/01/2010)

J'ai besoin de prendre du recul et le blog m'aide donc me revoilà.

Je ne vais toujours pas aborder les deux thèmes dont je parlais dans l'article précédent... c'est en cours et je préfère attendre un peu.

Par contre, je vais parler d'un petit concours où il n'y a rien à gagner à part d'être fier d'avoir tenu ses objectifs, d'avoir gagné de l'expérience et du savoir par soi-même, de s'être essayé à quelque chose d'intéressant et ambitieux... et pour moi d'avoir accepté de rendre non pas quelque chose de fignolé et abouti mais simplement une ébauche.

Il s'agissait de choisir un proverbe ou une expression populaire et de l'illustrer à la manière de Bruegel l'ancien.

Ambitieux n'est-ce pas ?!! Et puis très intéressant pour moi qui suis quand même débutante dans la démarche d'illustration... mais espère bien progresser encore et encore là-dessus. (petit clin d’œil à Hervé avec qui j'espère un jour travailler sur ce point quand ma petite famille me laissera un peu respirer).

Bruegel, quel maître ! Ses dessins comme ses peintures ou ses gravures sont fabuleuses ! Il a vraiment sa pâte personnelle et son rendu loin d'être aussi naïf qu'il y paraît quand on regarde de plus près. Et puis quel humour tonitruant, c'est parfois très osé ! C'était pas un timide c'est sûr !

Voici donc comment j'ai procédé, démarche à rationaliser encore mais qui va m'aider pour d'autres travaux futurs d'illustration, c'est certain :

Il m'a fallu du temps, trop, pour trouver un proverbe... et puis j'ai fini par trouver une thématique qui m'intéressait personnellement et faire des recherches. Dur dur de choisir car il y en avait plusieurs qui me plaisaient et aussi des citations (dommage, hors sujet). J'ai fini par choisir un proverbe pour lequel des images, simples de préférence (faut bien ça pour commencer) me venaient à l'esprit.
Et puis j'ai aussi tenté le coup sur un proverbe encore plus simple, suggéré par mon homme, rien à voir avec ma thématique choisie. Une roue de secours disons... et une ébauche d'illustration supplémentaire donc un enrichissement encore.

J'ai tenté quelques croquis de Bruegel mais vraiment du rapide rapide juste pour appréhender sa manière de dessiner les physionomies. Et j'ai remarqué que ses personnages étaient souvent très charpentés, larges voire grassouillets et musculeux, tout en rondeurs. Les mains, les muscles des cuisses, mollets et même les têtes sont très ronds, sans parler du ventre ou des seins ;-) J'aurais aimé approfondir mais pas le temps, et pas le temps non plus pour croquer et analyser les décors. Simplement eu le temps de les admirer : arbres, paysages, bateaux, intérieurs tout est superbement travaillé et pensé.

Ensuite recherche documentaire contemporaine sur le sujet pour trouver des attitudes (humains et animaux), des idées d'objets etc. sur les deux proverbes. Et premiers croquis rapides au feutre ou au crayon pour mettre au jour les bribes d'idées et voir un peu ce que ça donnait. C'était rigolo d'ailleurs même si très mal dessiné. Pour moi c'était un sacré cap de passé : me ficher de la qualité, juste matérialiser mes idées sur le papier, même très maladroitement... car pour démarrer c'est ça qui compte le plus !

Une fois cette étape franchie, j'ai passé pas mal de temps pour rechercher des docs d'époque et j'ai fini par laisser tomber devant la difficulté pour le premier proverbe... pour le second j'ai trouvé de la matière et était à deux doigts du coup de choisir ma roue de secours... mais moins motivée quand même. Seul un détail me posait problème à illustrer...

J'ai donc repris la première idée et j'ai préféré rechercher directement ce que je pouvais glaner dans les docs de Bruegel lui-même pour les costumes, la physionomie des personnages etc. J'ai même chipé un personnage en partie dont j'ai modifié le visage et une partie de l'attitude. Je n'ai pas pu mettre tous les objets d'époque et dû tricher sur les verres car je voulais dessiner à l'intérieur... et des godets opaques ne pouvaient pas convenir, de même j'ai modifié la position des mains sur les verres pour que l'on puisse voir à l'intérieur. Bref j'ai quand même donné la priorité à l'illustration du proverbe et de l'idée/image qu'il véhicule.

Le résultat est sympa, bien mieux que les croquis d'idées de départ mais c'est une étude, une ébauche améliorée, pas un dessin vraiment terminé. Il aurait fallu bien plus de travail, de correction, de l'encrage etc.

Je me suis donc arrêtée à une étape intermédiaire faute de temps mais le principal pour moi c'est d'avoir relégué au vestiaire un certain perfectionnisme, d'avoir tenté le coup malgré les difficultés temporelles (et du coup d'avoir appris pas mal de choses), et de m'être disciplinée pour rendre mon dessin à temps quel qu'en soit l'avancement et le résultat. Bref d'accepter de m'arrêter là et de rendre quelque chose de pas fini.

Il y a eu une rallonge de quelques jours de délai mais je ne les utiliserai pas car pour moi ça serait retomber dans le piège du perfectionnisme chronophage et improductif, pour qui rien n'est jamais suffisamment bien pour valoir le coup d'être rendu...

Un petit jeu : je ne vais pas vous dire de quels proverbes il s'agit... essayez de deviner. Cela me permettra de voir si l'image illustre bien l'idée ou pas. Merci d'avance

Proverbe n° 1 :

Premiers jets au feutre



Version envoyée pour le concours (je n'ai pas réussi à obtenir un bon scan sorry)




Proverbe n°2 :

Premier jet au feutre





Et voilà, à vous de jouer !

Bravo à Hervé Sors (un écrivain en arbre) qui a trouvé la peau de l'ours mais pas tué la belle-mère pour le premier.