Nombre total de pages vues

mardi 30 août 2011

Surcharge ou la leçon de Prud'hon

Mr Piet a toujours de bonnes idées de concours où il n'y a rien à gagner mais beaucoup à apprendre ! Celui-là était un vrai casse-tête : reproduire une sphère, des pieds ou des mains à la manière de Prud'hon.

J'aime beaucoup cet artiste, un virtuose des hachures. Le rendu de ses œuvres est très particulier et très "moderne" et en avance sur son temps je trouve. C'est un artiste du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle.

C'est évidemment de ses dessins dont il est question ici. On peut en voir quelques uns ici :
http://www.lankaart.org/article-prud-hon-dessins-67116245.html

Je ne savais pas trop par où commencer, surtout que je n'avais pas (est n'ai toujours pas) fait les cours sur les pieds et les mains... mais bof les boules ne m'inspiraient guère, pas plus que les pieds. J'ai donc recherché un modèle qui me parlait et j'ai craqué devant une photo représentant une main de bébé attrapant le doigt de celle d'un adulte. Émouvante différence de proportion, bel éclairage.

J'ai ensuite travaillé à partir des étapes proposées par cette artiste qui a tenté de retrouver comment Prud'hon travaillait. Une sorte d'archéologie expérimentale, à partir de l'observation de ses oeuvres et une bonne connaissance du matériel.

http://www.art.net/~rebecca/OnPrudon9.html

Je me suis d'abord familiarisé avec cette technique d'après son pas à pas :


Pas facile facile mais j'ai pris beaucoup de plaisir à le faire ! Mon matériel m'a donné pas mal de fil à retordre. J'ai travaillé sur du canson mi-teinte, une craie blanche Conté et un crayon fusain qui traînait au fond de mes tiroir... et pas de bonne qualité. Première erreur, la qualité des médium est un point important pour être à l'aise et confortable, pour avoir un bon rendu.

C'est d'ailleurs à cette occasion que j'ai appris que les craies Conté existaient en plusieurs dureté... par contre je doute que ça soit facile à trouver. Sauf peut-être dans des coffrets spécifiques. Or il se trouve que dans son pas à pas, elle utilise la même couleur en duretés différentes selon les couches. Du coup mon travail n'a pas la finesse qu'il faudrait puisqu'il s'agit de jouer sur des couches successives de hachures plus ou moins estompées. Et c'est là que l'on retrouve l'importance d'utiliser la bonne dureté de craie au bon moment ! Il faut être précis.

Puis je suis passée à l'exécution de l’œuvre pour le concours, toujours sur canson mi-teinte et avec le même matériel car malheureusement pas le temps de me procurer le matériel idéal. Bref c'est fait avec les moyens du bord !

Voici donc une sorte de pas à pas (j'ai pris quelques photos avec ce que j'avais sous la main : mon tél portable donc pas très bon), pour expliquer comment j'ai fait mais pas forcément à suivre sous peine de faire les mêmes glissades que moi.

Après avoir choisi un cadrage plus personnel d'après la photo, et une première mise en place, premières hachures pour placer grossièrement les zones de lumière :


Auxquelles viennent s'ajouter des hachures pour les zones d'ombres avec le crayon fusain


Quelques estompages plus tard... à ce propos, je pense que le flou ne vient pas de la photo mais de l'estompe


Nouvelle phase de hachurage :


On estompe à  nouveau et ça devient flou à nouveau :


J'ai remonté légèrement dans les valeurs sombres :


Rehachurage et précision de l'image, avec en prime le fond... et là (voire avant) catastrophe : mon crayon fusain ne s'estompe pas assez (trop gras) voir pas du tout ! Le rendu est durci et ne colle pas au sujet. Dommage.


Je pense que j'aurais dû m'arrêter à l'étape précédente et juste redéfinir un peu tout ça et achever le fond. Comme quoi c'est un travail précis et délicat que celui là. J'ai fait une belle glissade ! Il faudra que je retente ça avec du meilleur matériel. En tout cas j'aurais aussi dû moins écouter les étapes proposées sur le site de Rebecca car pour moi j'aurais pu m'arrêter avant. Et durant l'exécution il m'a semblé percevoir des choses différentes encore que ce qu'elle décrit. Sans nécessairement arriver à mettre des mots précis sur ce feeling, cette compréhension.

Il y a quand même des choses réussies dans ce dessin : construction la quasi impeccable, la belle lumière qui rend toute sa présence au sujet et à l'ambiance. J'aime beaucoup aussi le rendu du pouce de l'adulte et le bout de son index dont on sent bien l'épaisseur de la "matière".

En tout cas, tout avis constructif est le bienvenu sur ce travail où je me suis embourbée à la fin et c'est dommage. Depuis le vieux crayon fusain n'est pas à la poubelle mais a rejoint les crayons que je passe à mon fils de 2 ans et demi pour qu'il fasse ses premières armes en gribouillages !